HumansMatter_logoNoMvt

Agir ensemble

Agir ensemble

Projet

Lancement de l’observatoire dynamique

Mesurer la capacité d'agir, un enjeu humain

Santé, Travail

Contact

Alexandre Beaussier

Contacter

Alexandre Beaussier

Contacter

Pour :
- Plus d'informations
- Exposer vos enjeux
- Une démo produit

Le contexte

L’enjeu humain qui sous-tend les problématiques de transformation

Les défis du XXIème siècle sont colossaux de par l’amplitude des enjeux environnementaux, sociaux et technologiques auxquels tous les acteurs de la société doivent faire face. Pour nous, Humains, ces enjeux impactent nos façons de travailler, nos façons d’apprendre et nos façons de nous soigner. La prise de conscience est générale, de nombreux engagements sont pris, des objectifs sont fixés, et des démarches expérimentées.

Néanmoins, changer durablement n’est pas si simple et ne dépend pas que de la volonté des acteurs. De nombreux facteurs humains liés à nos compétences, nos croyances, nos émotions, nos biais ou nos habitudes agissent comme des accélérateurs ou des freins au changement. Ces facteurs humains déterminent notre capacité à agir ; les éclairer, en prendre conscience et en mesurer les effets facilitera le passage à l’action et l’évolution des comportements.

Cette capacité d’agir est déterminante dans ces quatre domaines clés du changement : la santé mentale, l’apprentissage, l’engagement et la motivation, la prise d’initiative. Mais comment mesurer et évaluer la capacité d’agir et son développement ?

Une compétence individuelle dépendant du SEP et des facteurs environnementaux

La capacité d’agir est une compétence qui n’est pas innée, mais qui peut s’acquérir. Son principal marqueur est l’agentivité, définie par Bandura comme « la volonté de tout individu d’être acteur de son propre développement » (2003). Il s’agit du pouvoir d’action d’un individu, de sa capacité d’intervention sur le monde et sur les autres. Cette agentivité constitue notre capacité d’agir, qui est compétence individuelle dépendant à la fois des croyances en son efficacité personnelle et des facteurs environnementaux.

En effet, si je ne crois pas en mon aptitude à accomplir des tâches, alors je vais éprouver des difficultés à passer à l’action. Aussi, ma capacité d’agir dépend fortement de mon sentiment d’efficacité personnelle (SEP), entendu comme la croyance en ses possibilités d’action. C’est un principe qui va réguler mon comportement : je ne peux pas agir si je ne m’en crois pas capable.

Cette croyance n’est pas seule à influencer notre capacité d’agir ; celle-ci dépend également des facteurs environnementaux, qui représentent les façons dont nous ressentons et analysons les événements extérieurs. Parmi ces facteurs, on trouve les perceptions de contrôle, de stress et de soutien social, ainsi que les stratégies de coping, i.e les stratégies d’évitement face à une situation difficile. On peut également retrouver des facteurs organisationnels comme les exigences et les valeurs du travail. Ces facteurs influencent directement et indirectement notre capacité d’agir. 

Dès lors, mesurer la capacité d’agir, c’est évaluer l’effet de ces facteurs environnementaux. Autrement dit, la capacité d’agir ne se mesure pas directement : c’est en évaluant le degré de croyance en son efficacité personnelle et l’effet des facteurs environnementaux que nous pouvons mesurer la capacité d’agir elle-même.  
 
Notre étude Think nous a par exemple montré que l’effet de la perception du stress sur le développement de l’agentivité n’était pas identique chez les hommes et chez les femmes. Les hommes semblent savoir transformer le stress en ressource positive, c’est-à-dire en possibilité d’action, même lorsque leur SEP est faible. Au contraire, lorsqu’elles ont un SEP faible, les femmes semblent davantage subir les effets inhibants du stress, i.e que le stress semble plutôt constituer un frein au passage à l’action.  
Une compétence qui évolue dans le temps

Aussi, la capacité d’agir n’est pas une compétence figée, mais dynamique ! Car les expériences vécues, les apprentissages, les interventions ou les événements particuliers la font évoluer. La mesure et la mise en commun de ces mouvements permettent d’identifier des trajectoires de développement, comme autant de patterns d’évolution possibles pour les individus.

Humans Matter s’est donné pour mission de créer un observatoire dynamique de la capacité d’agir. Pour fournir à tous les acteurs désireux de s’engager dans des démarches de changement durable les moyens de comprendre et d’agir sur les facteurs humains. L’observatoire dynamique propose de se focaliser sur trois moments : 

– La prévention, en détectant précocement des signaux faibles et des risques sur le facteur humain et la capacité d’agir.

– L’impact, en mesurant l’efficacité des dispositifs de formation et d’accompagnement.

– Le développement, en orientant des stratégies de développement du facteur humain et d’évolution des comportements.

Pourquoi rejoindre l’observatoire dynamique de la capacité d’agir ?

Nous souhaitons co-construire cet observatoire avec des partenaires d’horizons divers : (entreprises, chercheurs, institutions publiques, professionnels de santé, associations…) Rejoindre l’observatoire c’est participer à la construction d’un modèle pionnier et d’un nouveau regard sur le changement. 

Les apports des partenaires pour la co-construction de l’observatoire : 

Fournir des terrains d’expérimentation pour collecter des données selon deux approches complémentaires :

Lifespan : 4 vagues de baromètre auprès d’un même groupe d’individus.

Mesure d’impact : 4 temps de mesure autour d’un évènement (formation, coaching…).

Enrichir le modèle grâce à d’autres facteurs environnementaux (résistance au changement, motivation…).

Des bénéfices pour les partenaires de l’observatoire dynamique :

Se positionner

Situer votre capacité d’agir individuelle ou collective en vous comparant à un ensemble de partenaires sur un niveau de référence partagé. Ce curseur vous permettra d’obtenir la photographie précise de la capacité d’agir de votre organisation.

Anticiper certaines situations grâce au caractère prédictif du modèle. Ces apprentissages vous permettront d’orienter vos actions sous le prisme du facteur humain. 

Faire de la prévention

Mesurer l’impact

Mesurer l’impact en temps réel des événements et actions ponctuels (formations, période de transformation…). Ces mesures vous permettront d’ajuster vos stratégies et d’innover. 

Suivre dans le temps l’évolution de votre capacité d’agir individuelle ou collective. Ce suivi vous permettra d’établir un plan de développement pertinent et cohérent.

Suivre son développement

Contact

Alexandre Beaussier

Contacter

Alexandre Beaussier

Contacter

Pour :
- Plus d'informations
- Exposer vos enjeux
- Une démo produit

D’autres sujets que nous avons peut-être en commun

Projet

#Education

Attention ! L’enquête

Mettre en lumière nos sujets d’attention

En savoir plus

Réalisation

#Santé

Flore

Comment concevoir et développer une gamme de produits BtoC favorisant la santé intestinale au sein d’une multinationale alimentaire BtoB ?

En savoir plus

Évènement

#Education

Humans in Motion #2

Prendre soin de la santé mentale par le codéveloppement via le conflit positif

En savoir plus

Évènement

#Santé

Humans in Motion #4

Prendre soin de la santé mentale en mesurant la capacité d'agir

En savoir plus

Article

#Santé

La data qui soigne

Les thérapies digitales

En savoir plus

Article

#Education

La santé mentale

Prise de tête

En savoir plus

Article

#Education

L’agence

Vous accompagner dans vos projets en faisant évoluer durablement les comportements

En savoir plus

Projet

#Santé

Profonia

Humans Matter s’engage pour la santé auditive et cognitive des seniors

En savoir plus

Article

#Education

La fresque du facteur humain

Contrer le déni cosmique par la maîtrise de la cognition

En savoir plus

Article

#Education

La cognition

Prise de tête

En savoir plus

Recevez nos articles et nos invitations

Recherchez dans tout le site

Recevez nos invitations et articles en avant-première
S'inscrire