HumansMatter_logoNoMvt

Agir ensemble

Agir ensemble

Article

Vers de nouvelles coopérations

Comment reconnecter les individus à leurs environnements ?

Travail

Contact

Riadh Lebib

Contacter

Riadh Lebib

Contacter

Pour :
- Plus d'informations
- Exposer vos enjeux
- Une démo produit

Le contexte

Commençons par un voyage mental nous éloignant pendant quelques secondes de notre quotidien confiné. Imaginons un citadin plongé en plein coeur de l’Amazonie, n’ayant vécu qu’en milieu urbain. Celui-ci n’y verrait qu’un contraste de vert et de marron, peut-être y distinguerait-il quelques formes et tailles diverses parmi les végétaux au milieu desquels il est plongé, peut être aussi quelques sons. Un Amérindien de la tribu des Waiapi, quant à lui, s’y sentira bien évidemment comme chez lui avec ses repères et ses habitudes, son “Monoprix”, son “H&M” et sa “Fnac” à lui… Le milieu dans lequel évolue nos deux personnages est objectivement identique, mais il s’appréhende par chacun de manière singulière. L’observateur est créateur.

Lorsque Bic® crée son stylo iconique en plastique transparent pour permettre de voir le niveau d’encre restant (et oui c’est à cela que ça sert…), qui imaginait alors qu’il allait être utilisé tour à tour comme pic à chignon, tuteur pour jeunes pousses de haricot, ou encore sarbacane pour micro-boules de papier mâché ? Le Bic® est objectivement identique, mais ses usages sont multiples. L’utilisateur est inventeur.

Le monde extérieur n’existe pas parce qu’on le perçoit, mais parce que nous sommes en permanence en train de le construire

James J. Gibson, psychologue américain, s’est intéressé à ces phénomènes qui dépassent la simple sphère de la perception, et a introduit en 1979 le concept d’affordance. L’affordance est la manière dont un environnement, qu’il soit matériel, social ou symbolique, se donne à un individu et la manière dont celui-ci interagit en retour avec ce même environnement. Poussant jusqu’au bout cette notion d’affordance, Gibson en est venu à affirmer que le monde extérieur n’existe pas parce qu’on le perçoit, mais parce que nous sommes en permanence en train de le construire.

Les affordances sont donc ce qui existe entre nous et nos environnements, ce qui nous connecte à eux et ce qui suggère nos interactions avec eux.

La connexion à nos environnements

Revenons à notre citadin perdu dans la forêt amazonienne. Personne ne peut donc le blâmer pour sa méconnaissance de la flore locale, de ses subtilités et de ses grandes vertus, tout ne serait qu’une histoire d’affordances, autrement dit de nature des connexions construites entre lui et cet environnement qui lui paraît, pour le moment, hostile.

Peut-on dire pour autant que ce citadin possède moins de connexions que l’Amérindien mentionné plus haut ? Eh bien cela dépend. À ce stade de l’histoire c’est indéniable. Mais si l’on prend en compte le caractère émergent et donc dynamique des affordances, il serait plus juste de parler d’une part de connexions avérées, celles qui existent à un moment précis de l’histoire, et d’autre part de connexions latentes, ou potentielles, celles qui sont en attente d’expression voire de révélation.

Ainsi, le concept d’affordance nous renseigne sur le fait qu’il n’existe pas véritablement de déconnexion, au sens de couper les connexions. Le sentiment de déconnexion reflète plutôt le fait que, confronté à un nouvel environnement, nous ne voyons pas encore toutes les connexions potentielles. Celles-ci ne pourront véritablement s’exprimer que si nous faisons évoluer notre regard sur cet environnement, que si nous développons nos capacités d’observation et d’interaction avec lui.

Le sentiment d’isolement serait donc davantage lié à une construction de notre esprit plutôt qu’à des caractéristiques objectives de notre environnement, un navigateur en solitaire faisant corps avec son bateau ne dirait certainement pas le contraire.

L'affordance appliquée à l'entreprise

L’affordance nous éclaire aussi sur le fait que nous coopérons sans toujours en être conscient, ni savoir exactement avec qui ou quoi. C’est là que ça devient intéressant.

Comme le souligne Stéphane Allaire : “L’intérêt du concept d’affordance ne se limite plus alors qu’aux possibilités offertes par un outil donné et à ce qui survient lorsqu’un individu l’utilise, mais aussi à ce qui se produit lorsqu’un individu interagit dans un contexte social donné, c’est-à-dire au sein d’une communauté d’individus partageant des valeurs, des pratiques, des normes, des routines, etc. On peut alors parler d’affordances sociales.”

Dans le contexte de l’entreprise, se saisir du concept d’affordance c’est donc interroger le rapport des individus avec leur environnement socio-professionnel. C’est parvenir à décrire, formuler et représenter les interactions des uns avec les autres, et réciproquement.

Il s’agit d’un changement de point de vue radical dès lors que l’on cherche à représenter une organisation. Il faut opter pour une vision centrée sur les interactions entre les individus et leur environnement, plutôt que limitée par la structure hiérarchique des organigrammes et les périmètres cloisonnés des fiches de postes. L’idée est de rendre compte de la complexité du réseau social de l’entreprise et des opportunités d’adaptation et de transformation offertes par les affordances qui en découlent, plutôt que de contraindre le champs des possibles à une représentation réductrice, souvent simpliste, et toujours théorique.
Devenir acteur du collectif

D’un point de vue individuel, la documentation et la figuration de ces interactions permet à chacun de visualiser ses propres contributions afin de mieux appréhender ses propres contributions et ses propres affordances au sein du réseau. Elles facilitent la construction du sens, puisque chacun peut désormais distinguer les éléments répondant à : quels sont les personnes, les objets, les symboles ou les idées avec lesquels j’interagis et sur lesquels j’ai un impact ?

C’est dans cette dynamique et à travers cette méthodologie qu’il devient envisageable de révéler les réseaux sociaux implicitement à l’œuvre dans les organisations. Ces réseaux transcendent, voire transgressent les niches d’appartenance ou domaines de responsabilité des acteurs, ils constituent la clé de voûte d’une démarche organisationnelle qui reconnecte les individus dans de nouvelles coopérations en développant la conscience collective, la construction du sens, la collaboration et l’empowerment.

Contact

Riadh Lebib

Contacter

Riadh Lebib

Contacter

Pour :
- Plus d'informations
- Exposer vos enjeux
- Une démo produit

D’autres sujets que nous avons peut-être en commun

Article

#Travail

Du digital au sociétal

La nouvelle transformation des entreprises

En savoir plus

Évènement

#Travail

Changer de modèle mental

Pour s’épanouir dans l’incertitude

En savoir plus

Évènement

#Santé

Humans in motion #1

La capacité d’agir comme moteur du changement

En savoir plus

Réalisation

#Travail

AXA Partners

L’ingénierie cognitive pour développer le leadership des managers de managers ?

En savoir plus

Article

#Education

Collaboration et confrontation

Prise de tête

En savoir plus

Réalisation

#Travail

Hello Elton x AG2R La mondiale

Prendre soin de la santé mentale par l'entraînement des compétences sociales.

En savoir plus

Projet

#Education

Santé mentale et travail

Prendre soin d’une ressource essentielle

En savoir plus

Réalisation

#Travail

We Become

AXA France

En savoir plus
learning planet

Évènement

#Education

Humans in Motion #3

Prendre soin de la santé mentale par l'entraînement des compétences sociales

En savoir plus

Projet

#Education

Attention ! L’enquête

Mettre en lumière nos sujets d’attention

En savoir plus

Recevez nos articles et nos invitations

Recherchez dans tout le site

Recevez nos invitations et articles en avant-première
S'inscrire